Mardi soir, après une journée de travail, le jeune Nader, Massicois de 21 ans se fait agresser en rentrant chez lui dans le quartier de Massy-Opéra. Nader qui aurait été laissé pour mort est hospitalisé et toujours placé dans un coma artificiel. L’évènement a bouleversé la famille mais aussi nombre d’habitants du quartier indignés par l’abandon dont ils font l’objet.

Je partage cette indignation en tant que conseillère régionale et donc élue de la République pour qui le vivre ensemble et le droit à la sécurité pour tous sont une priorité et je veux l’affirmer dans mon territoire.

Je partage cette indignation parce que je suis Massicoise depuis toujours et que je ne supporte plus le laisser-faire de l’équipe municipale qui alimente un légitime sentiment de relégation chez les habitants de plusieurs quartiers de ma ville. L’évolution de ces 20 dernières années est flagrante à Massy-Opéra qui était l’un des plus beaux quartiers de Massy, un quartier populaire où il faisait bon vivre. Aujourd’hui, ce quartier est laissé à l’abandon. Et ce problème ne peut aucunement être réglé par une simple politique de bétonnage…

Je partage cette indignation parce que je connais Nader. Il est de ces jeunes qui ont choisi de se réveiller le matin pour aller travailler. Je connais sa famille qui habite ce quartier depuis longtemps. Comme de nombreux habitants, ils se sentent désarmés face à cette situation.

Ça suffit !

J’appelle, à nouveau, le Maire de Massy à la vigilance c’est à dire à intervenir, enfin, pour que chaque Massicois se sente respecté par la puissance publique quel que soit son quartier ou sa condition sociale.

Les Massicois ne veulent plus entendre les élus se renvoyer la responsabilité. Chacun à sa place doit intervenir en matière de sécurité publique, de prévention et d’animation.

Par exemple, c’est après près de 3 ans de fermeture que la maison de quartier Espace du Parvis de la Vendée (service municipal), dans le quartier Opéra vient de « ré-ouvrir partiellement », avec des moyens très largement insuffisants dans un quartier où les difficultés sont nombreuses.

C’est mon rôle d’élue locale que de relayer cette indignation auprès de tous les pouvoirs publics concernés, de l’équipe municipale au préfet.

Je continuerai à défendre l’intérêt de tous les Massicois et pas seulement de quelques uns.

Bref, je porterai ce message du Droit à la sécurité pour tous partout où cela sera possible !

Hella KRIBI-ROMDHANE
Conseillère régionale d’Ile-de-France
Porte-parole du Nouveau Souffle pour Massy