Découvrez ci-dessous un article publié par l’Express Entreprise à l’occassion de la 9ème édition des ApprentiScènes :

Une caissière dépassée face à un roi client et un petit prince qui veut dessiner un mouton, des coiffeuses fières de leur bac (à shampooing): 350 apprentis se produisent sur scène à Paris jusqu’à vendredi pour apprendre à « se sentir légitimes ».

Alors que l’apprentissage, qui souffre d’un déficit d’image, subit une désaffection, la 9e édition de l’opération « Apprentiscènes », menée par la Région Ile-De-France, met en scène au théâtre Pierre Cardin 60 groupes d’apprentis âgés de 15 à 26 ans.

Dans des saynètes de 3 minutes teintées de poésie et d’humour, ils évoquent sous la houlette de 20 metteurs en scène leur métier, leur formation et leur vision de la jeunesse. Un jury désignera vendredi soir l’équipe gagnante de l’édition 2015.

Intérêt de la démarche, selon la marraine de cet évènement, la comédienne Laurence Oltuski: « Permettre à ces jeunes d’améliorer leurs relations aux autres et leur vision d’eux-mêmes ». « J’ai été particulièrement touchée par un jeune qui travaillait dans les toilettes d’un lieu public et m’a expliqué que, grâce à cette expérience, il n’avait plus honte de parler de son métier », a-t-elle expliqué mardi lors d’une conférence de presse.

Selon la vice-présidente de la région Ile-de-France, en charge notamment de l’apprentissage, Hella Kribi-Romdhane, « 77% des employeurs constatent une amélioration des postures professionnelles » chez les jeunes qui ont participé à cette expérience artistique. L’objectif est aussi de « préserver les jeunes des ruptures de contrats » et des abandons, très fréquent dans cette filière, a-t-elle estimé lors de cette conférence de presse.

« Le théâtre m’a aidée à me sentir légitime dans ce que je fais », a ensuite témoigné Clotilde Lafont, jeune pâtissière qui a participé à l’édition 2014.

Malgré un nouvel arsenal d’aides, les entrées en apprentissage, que le gouvernement espère voir augmenter, ont de nouveau baissé d’environ 3% en 2014, après 8% l’année précédente, selon des données provisoires du ministère du Travail. Le ministre du Travail, François Rebsamen, a de nouveau appelé en mars les entreprises à « s’engager résolument » dans l’alternance, réputée offrir une meilleure insertion professionnelle.

Mardi, le président du Medef, Pierre Gattaz, s’est dit « extrêmement inquiet » pour l’apprentissage et a appelé le gouvernement à la création d’une « task force » pour prendre des décisions « sous trois mois ».