Discriminations, rupture du pacte républicain, clientélisme, démantèlement des services publics, expulsions, etc… Bref loin des logiques de solidarité dont elle se disait porteuse lors de la campagne des élections présidentielles, la droite cumule attaque sur attaque à l’encontre des plus démunis d’entre nous.

Souvenons-nous, en 2008, les travailleurs sans-papiers ont lancé un mouvement de grève qui a contraint le gouvernement à accorder près de 2500 régularisations. Depuis, un peu partout en France, de nombreux mouvements ont émergé jusqu’au lancement de la grève des sans papiers le 12 octobre qui se poursuit aujourd’hui. Il y a aujourd’hui près de 2000 grévistes et plus de 30 lieux occupés. A Massy, des salariés de GCC sont mobilisés. Dans notre département, de nombreux piquets de grève sont déjà tenus à Crosnes, à Grigny, à Viry-Chatillon, à Vigneux-sur-Seine, à Morangis, à Wissous, à Evry.

Les socialistes de Massy soutiennent cette grève menée par les travailleurs immigrés sans papiers en lutte pour leurs droits et leur régularisation et donc pour leur dignité.
Leur combat nous rappelle que de nombreux étrangers sans papiers travaillent et sont souvent indispensables aux secteurs économiques où ils sont actifs.
Ce mouvement de grève illustre l’échec d’une politique gouvernementale d’immigration axée sur les chiffres des expulsions et en totale contradiction avec les droits des étrangers et les besoins de notre pays.

Nous demandons la régularisation des salariés et demandons au gouvernement de rétablir des critères dans la politique d’immigration dont le contrat de travail est un élément essentiel.
C’est l’intérêt de ces salariés, des entreprises qui les emploient et des utilisateurs des biens et services produits par ces entreprises.
Nous appelons tous les citoyens à soutenir avec force ce mouvement pour la dignité, l’égalité des droits des salariés et la fin des situations d’exploitation.