Cette rentrée a été marquée par une nouveauté dans la ville voisine de Chilly-Mazarin: les repas de substitutions à la cantine scolaire les jours de repas contenant du porc ont été supprimés. Nous avons pourtant tous grandi, dans nos écoles, avec nos copains et copines de culture juive ou musulmane qui mangeaient une omelette ou un steak haché à la place de la saucisse de Strasbourg servie aux autres.

Attachée au respect de la laïcité, je trouve choquante et inacceptable cette décision consistant à supprimer le repas de substitution au porc.

Cette décision radicale et discriminante a été prise de façon arbitraire et unilatérale par le maire de droite de Chilly-Mazarin, ami politique du sénateur-maire de Massy.

Les amitiés particulières du Sénateur-Maire de Massy

En effet, personne n’a oublié que M. Beneytou, Maire de Chilly-Mazarin, était le candidat remplaçant de Pierre Ollier pour l’élection départementale de mars dernier, et que ces candidats étaient ardemment soutenus par M. Delahaye.

11943359_10207585265135204_1263290955_n

Alors que la majorité municipale de droite massicoise use des méthodes les plus clientélistes lorsqu’elle s’adresse aux différentes communautés de la ville, elle n’hésite pas à s’allier à une droite chiroquoise qui stigmatise les enfants au sein de l’école publique. Rappelons que les repas de substitution au porc existent à Chilly Mazarin depuis plus d’une quarantaine d’années comme dans toutes les villes.

La République contre les populismes et les discriminations

S’il voulait se démarquer ou exister sur la scène politique en choquant, M. Beneytou y est bien parvenu!

Par cette décision, Chilly-Mazarin devient d’ailleurs la 3è ville française ayant supprimé les repas de substitution après Châlon-sur-Saône et Wissous.

Céder aux populismes par des décisions aussi radicales ne fera qu’accroître le repli sur soi et le communautarisme prétendûment combattus par ceux qui prennent ces décisions pour des raisons purement électoralistes. Ils pensent sûrement que c’est la meilleure façon, pour eux, d’attirer les électeurs d’extrême droite!

Si ce type de décisions était prise à Massy, ce serait la moitié des enfants de nos écoles qui se retrouveraient sans repas les jours de porc à la cantine.

Les élus de la majorité municipale de Massy sont ils d’accord avec le choix du maire de l’autre ville de notre canton pour lequel ils se sont tant mobilisé il y a à peine quelques mois lors des élections départementales ?

Je veux leur rappeler qu’en soutenant ce type d’élus, en soutenant la droite, ils vont à l’encontre des principes républicains d’égalité, d’accessibilité du service public et de justice sociale.

Rappelons ensemble que la République rassemble, elle n’exclut pas.

Rappelons que la laïcité protège, elle ne discrimine pas.

Rappelons que l’école publique est un lieu de vivre-ensemble, dans la diversité.

Rappelons, qu’il fut un temps où des enfants ont été catalogués, stigmatisés, fichés, et que chacun sait jusqu’où cela est allé !