Hella 29 mai

J’ai fait mes premiers pas à Massy, où mes parents se sont installés dans les années 70.

Avec mes deux sœurs cadettes et mon « petit » frère, tous trois nés à Massy, j’ai grandi dans les quartiers populaires de cette ville, je m’y suis mariée, et je suis heureuse d’y vivre toujours avec mon mari Flavien, notre fille Norine et notre fils Jad.

J’aimerais leur transmettre, à mon tour, les principes que ma mère, enseignante, et mon père, fonctionnaire territorial, nous ont inculqués : la tolérance, le partage, la solidarité, et cet attachement indéfectible à la République qui accueille, qui intègre, qui éduque tous ses enfants. J’ai d’ailleurs pu mesurer le rôle fondamental que joue l’Ecole publique pour donner sens à cet idéal tout au long de ma scolarité, de la maternelle « Les Bleuets » au lycée Fustel de Coulanges en passant par les écoles Gambetta et Camus, et le collège Blaise Pascal.

Suivant les pas de mon père, responsable associatif et politique, je me suis engagée très jeune dans la vie militante. D’abord au lycée, au sein du principal syndicat lycéen, puis à l’Unef lorsque j’étudiais à l’Université. J’ai beaucoup appris de ces années passées à défendre les droits d’une jeunesse dont je continue de penser qu’elle doit être la priorité pour notre pays, puisque c’est aussi son avenir. J’ai éprouvé concrètement cette exigence auprès des enfants des familles massicoises à qui je donnais des cours de soutien scolaire lorsque j’étais étudiante. Et désormais moi-même chargée de cours à l’Université d’Evry, j’en suis toujours pleinement convaincue.

Très attachée au service public, j’ai souhaité y consacrer ma vie professionnelle. Après avoir obtenu deux diplômes de troisième cycle, l’un en communication politique et un DEA de l’Institut d’études européennes, j’ai donc passé avec succès les concours de la fonction publique territoriale et suis devenue attachée territoriale. J’ai exercé dans plusieurs collectivités, d’abord en tant que responsable d’un service dans une mairie, puis au Conseil général de l’Essonne.

Mon engagement syndical de jeunesse s’est évidemment prolongé au Parti socialiste, dont les militants massicois m’ont récemment désignée « première des socialistes ». Même si nos chemins se sont éloignés il y a quelques années, je reste fière d’y avoir été formée par Jean-Luc Mélenchon, avec qui j’ai eu la chance de travailler lorsqu’il était ministre délégué à l’Enseignement professionnel dans le gouvernement de Lionel Jospin.

Avec de nombreux Massicois-e-s, j’ai mené de beaux combats électoraux : la campagne de François Lamy, élu député de la 6ème circonscription de l’Essonne en 1997, puis celle de mon ami Jérôme Guedj en 1998, réélu conseiller général de Massy-Est en 2004 puis élu Président du Conseil général de l’Essonne en 2011. Cette année restera pour moi celle d’une grande victoire collective, avec l’élection de Guy Bonneau, conseiller général de Massy-Ouest et Vice-président écologiste du Conseil général chargé de l’insertion sociale et professionnelle, dont je suis la suppléante.
Souhaitant m’engager pleinement au service des Massicois-e-s en exerçant moi-même un mandat, j’ai été élue conseillère régionale en 2010, à l’issue d’une belle campagne aux côtés de Jean-Paul Huchon, le président de la Région Ile-de-France. En octobre 2012, il m’a confié  la présidence de l’organisme régional Défi-métiers, centre d’animation, de ressources et d’information sur la formation professionnelle (Observatoire Régional Emploi- Formation).

Elue de terrain, attachée à ma ville, je suis fière de pouvoir être utile au quotidien à ses habitants au sein du Conseil régional, qui a soutenu tant de réalisations et de projets à Massy,  comme le pôle des gares, les trois lycées, les crèches, les médiathèques, l’Opéra de Massy, le centre Paul B, de nombreuses associations et clubs sportifs.

J’aime profondément cette ville que je connais par cœur, puisqu’au delà de mon engagement au service des Massicois-e-s, j’ai vécu dans plusieurs quartiers de Massy : Bièvre-Poterne, Massy-Opéra, Square du Clos de Villaine-Vilmorin et aujourd’hui Villaine.

J’ai vu combien ces quartiers se sont transformés sous l’impulsion de Claude Germon, maire de Massy jusqu’en 1995. Héritière des réalisations qu’il a accomplies avec l’équipe municipale d’alors (gare TGV, Opéra, équipements culturels et sportifs, projet de la passerelle des gares, médiathèque…), je souhaite moi aussi porter pour notre ville une vraie vision d’avenir et, comme lui, travailler pour améliorer réellement la vie quotidienne de ses habitants.

A l’aube d’échéances électorales décisives, je veux mettre désormais cette expérience et cette connaissance de ma ville au service des Massicois-e-s, pour imaginer et construire avec eux le Massy de demain.

C’est le sens même de mon engagement au sein du « Nouveau Souffle pour Massy », association citoyenne dont je suis aujourd’hui la porte-parole.